L’épreuve écrite du concours d’éducateur PJJ [2023]

Épreuve écrite concours éducateur pjj

L’épreuve écrite aussi appelée épreuve d’admissibilité est la première étape du concours d’éducateur PJJ. Vous découvrirez dans cet article son fonctionnement et des conseils pour la réussir.

Description de l’épreuve écrite du concours d’éducateur PJJ

L’épreuve écrite du concours d’éducateur PJJ dure 4 heures maximum. On vous donne le dossier d’un jeune, c’est une situation réelle dans laquelle les noms et lieux ont été changés . Le dossier comporte une vingtaine de pages et différentes informations sur un adolescent suivi dans le cadre pénal. Vous y trouverez divers rapports éducatifs ou psychologiques et d’autres documents sur sa situation. Le plus souvent il est constitué d’au moins une enquête sociale approfondie. L’idée est, qu’à partir de ce dossier, vous rédigiez une note de synthèse.

L’objectif de cette épreuve est d’apprécier vos compétences à l’écrit. On vous met dans la peau d’un éducateur PJJ écrivant un rapport à un magistrat.

Votre copie est notée sur 20 avec un coefficient 4 pour votre note finale. En fonction du résultat, vous pouvez accéder à l’épreuve suivante ou non.

Comment réussir l’épreuve écrite du concours d’éducateur PJJ ?

La note de synthèse est une épreuve presque mécanique. Même si le sujet change, la façon de faire est toujours la même. Vous devez donc vous entraîner à partir des sujets des années précédentes. Soyez attentifs à la présentation de votre copie, certaines sont parfois difficilement lisibles pour le correcteur. La rédaction doit également être soignée, on imagine que vous écrivez à un juge, des points sont attribués à la syntaxe et à l’orthographe. Je vous conseille de suivre un plan. Vous trouverez dans la suite de cet article un exemple de plan que vous pouvez suivre.

L’introduction

Pour commencer votre écrit, vous pouvez résumer brièvement les éléments de contexte donnés dans la consigne. Par exemple « Notre UEMO intervient auprès de Jean depuis le xx.xx.2015 dans le cadre d’une mesure éducative judiciaire provisoire prononcée le xx.xx.2022. Nous allons dans un premier temps vous présenter la situation de ce jeune. Ensuite, nous vous proposerons un projet éducatif en adéquation avec l’analyse que nous faisons de cette situation. »

Première partie : la synthèse de la situation du jeune

Ensuite, vous pouvez synthétiser les informations les plus importantes sur la situation du jeune. Pour cela, il existe des thèmes qui reviennent dans presque toutes les situations : situation familiale, insertion et scolarité, santé, parcours judiciaire. Repérez les éléments que vous jugez les plus pertinents dans la situation sur chaque thème et commencez à réfléchir sur les incidences qu’ils peuvent avoir sur le parcours du jeune. Par exemple « Jean est décrit comme un adolescent influençable par sa mère. De plus, chacun des passages à l’acte pour lesquels il a été condamné a eu lieu en groupe. Le quartier dans lequel il vit est important pour lui et il le décrit comme faisant partie de son identité. »

Deuxième partie : les propositions éducatives

Dans un deuxième temps, proposez un plan d’action. Comment allez-vous travailler sur les difficultés que rencontre le jeune ? Détaillez votre implication dans ce que vous proposez. Si vous souhaitez qu’un suivi psychologique soit mis en place, expliquez comment vous allez contribuer à cela, à quel moment, dans quel lieu, etc…

Vous devez aussi expliquer pourquoi vous mettez ces actions en place. Pour cela, servez-vous des informations de la première partie et analysez les. Par exemple « Le comportement de Jean se dégrade à chaque fois qu’il rentre dans son quartier depuis plusieurs années. Je pense qu’il est nécessaire qu’il soit éloigné de son domicile au moins temporairement. Cela pourrait passer par un séjour de rupture. Pour cela, je compte contacter plusieurs établissements de placement qui proposent ce type de projet. Je vais prendre attache avec le chef de service par téléphone et lui proposer de le rencontrer avec le jeune dans le cadre d’une préadmission« .

Vous pouvez faire plusieurs propositions d’action, faites en sorte qu’elles soient les plus réalistes possibles et correspondent à ce que vous connaissez du travail d’un éducateur en milieu ouvert. Vous pouvez proposer de rencontrer le jeune et sa famille une fois, peut-être deux fois chaque mois, au delà c’est trop. Un éducateur PJJ à temps plein en milieu ouvert a la charge d’environ 25 jeunes, il doit donc gérer son temps. Pensez également que vous n’êtes pas seul, vous pouvez faire intervenir d’autres membres de votre équipe : psychologue, assistante sociale, chef de service pour un recadrage. Il est aussi souvent intéressant de travailler avec des partenaires extérieurs : CMP, associations, mairie…

La conclusion

La conclusion n’est pas obligatoire. Néanmoins, elle montre que vous vous êtes déjà renseigné sur les écrits professionnels d’un éducateur PJJ. En effet, elle est présente dans presque tous les vrais rapports. Il arrive régulièrement que les magistrats, pris par le temps, ne lisent que cette partie. Une bonne conclusion synthétise, en quatre ou cinq lignes, l’essentiel des éléments de votre écrit avec votre analyse et vos propositions.

J’espère que cet article vous sera utile pour préparer le concours ! Si vous souhaitez continuer votr lecture, vous trouverez des informations sur l’épreuve orale ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *